LA RECHERCHE : Historique Génétique


Annonces officielles


Septembre 2013 - A la recherche d'un 2nd gène muté


Les travaux de recherche en cours ont pour but d’identifier un second gène responsable des H.A., puisqu’une proportion non négligeable de patients (30%) ne semble pas présenter de mutations sur le gène ATP1A3.

 

Pour atteindre cet objectif, les 4 trios (patients négatifs pour ATP1A3 et leurs parents) qui sont disponibles dans les cohortes françaises et néerlandaises ont été sélectionnés pour réaliser un séquençage exome entier (voir état des dépenses “Exome Sequencing of 12 samples”, Leiden university).

 

Les données de séquençage seront disponibles à l'automne. Les analyses bio‐informatiques seront réalisées (Leiden university). Nous poursuivrons nos travaux par l’étude des gènes présentant les variations pathogènes les plus candidates en étudiant le reste des patients ATP1A3 négatifs disponibles dans le consortium AHC (Leiden University, ICM).

 

Dr Arn VAN DEN MAAGDENBERG

 

(Traduit en français par Dr Sophie NICOLE)

Le 6 Octobre 2012: Génétique de l'Hémiplégie Alternante de l'enfant par le Dr. Sophie NICOLE


L'HA est bien une chanellopathie comme supposé avant la découverte du gène. Voici une présentation de la génétique et la physiopathologie des maladies de l’excitabilité membranaire par le Dr Sophie Nicole le 6 octobre 2012 au cours de la réunion nationale des familles de l'AFHA

Télécharger
Diaporama de la Génétique et Physiopathologie des maladies de l'excitabilité membranaire
AFHA_octobre 2012.pdf
Document Adobe Acrobat 1.0 MB

Vidéo montrant le principe de fonctionnement normal de la pompe servant à l'échange des ions Sodium et Potassium:

Vidéo montrant la propagation de l'influx nerveux grâce à la pompe Sodium/Potassium:

La mutation du gène ATP1A3 est responsable de la baisse de l'énergie ATP de cette pompe et donc de son mauvais fonctionnement.

Le 29 Juillet 2012 - Les conséquences de la découverte du 1er gène


Dr Sophie Nicole -Inserm U975 - Paris

 

Dr Eleni Panagiotakaki - Hôpital femme, mère, enfant- Lyon

 

Mr. Dominique Poncelin - Président AFHA - St Germain les Arpajon


Madame, Monsieur,

 

C’est avec joie que nous vous communiquons le fait qu’une découverte scientifique majeure vient d’être réalisée concernant l’hémiplégie alternante de l’enfant (AHC).

 

En effet, la pugnacité des associations de patients française (AFHA), italienne (AISEA) et américaine (AHCF) et l’engagement de cliniciens et de chercheurs à leur côté, ont permis d’unir les forces et les fonds nécessaires pour l’identification d’un gène rendant compte de 78% des cas: le gène ATP1A3 (sous-unité alpha 3 ATPase). Ce gène code pour une protéine transmembranaire qui rétablit un gradient d’ions sodium et potassium de part et d’autre de la membrane cellulaire pour réguler l’excitabilité des neurones du cerveau. Ce travail est maintenant communiqué à l’ensemble de la communauté scientifique sous forme d’un article publié dans une revue scientifique très prestigieuse (ATP1A3 de novo mutations in alternating hemiplegia of childhood. Heinzen et al., Nature Genetics parue le 29 juillet 2012) et bien évidemment aux patients et à leurs familles.

 

Cette découverte ouvre de nouvelles perspectives de prise en charge de la maladie. Elle permet de proposer un diagnostic moléculaire. Si elle ne permet malheureusement pas encore de modifier radicalement la prise en charge clinique une fois le diagnostic confirmé, elle ouvre de nouvelles voies pour l’améliorer.

 

Cette première découverte entraîne déjà l’émergence de nouveaux projets de recherche, réalisés par l’équipe du Dr Sophie Nicole au sein de l’Inserm U975 (Paris) en collaboration étroite avec d’autres équipes de recherche et les associations de patients sur le plan mondial. Deux types de recherche sont menés, qui nécessitent dans tous les cas l’utilisation d’une base de données cliniques des cas d’hémiplégie alternante, supervisée en France par le Dr Eleni Panagiotakaki (Hôpital Femme, mère, enfant à Bron) :

  • Le premier vise à identifier les patients positifs ou négatifs pour des mutations dans le gène ATP1A3. Cela permettra de rendre un diagnostic aux patients et à leur famille, d’une part. D’autre part, cela permettra de déterminer s’il existe une différence clinique entre les patients porteurs d’une mutation et ceux qui ne le sont pas en recherchant une éventuelle corrélation génotypephénotype.

Répondre à cette question peut avoir une grande importance pour la prise en charge médicale des patients, notamment à long terme. Dans cette optique, il est essentiel que les données

des cas d’hémiplégie alternante déjà présents dans la base de données cliniques soient mises à jour, et que cette base et la banque d’ADN qui lui est associée s’enrichissent de nouveaux patients.

  •  Le deuxième consiste à déterminer quel est le gène muté chez les patients qui ne présentent pas de mutations dans le gène ATP1A3. Cette recherche se fait de la même manière que celle qui a permis d’identifier ATP1A3, c’est-à-dire par séquençage d’une partie ou de la totalité du génome du patient et de ses parents.

Si vous souhaitez participer à ces nouvelles études, vous pouvez contacter le Dr Sophie NICOLE (sophie.nicole@inserm.fr ou 01 57 27 44 04). Il vous sera demandé de faire prélever un peu de sang à vous (10ml, qui correspond à deux tubes classiquement utilisés pour les analyses de sang) et à votre enfant (5 ml, soit un tube, pour les moins de 5 ans). Deux organisations sont possibles pour le prélèvement sanguin. Le plus simple est qu’il soit effectué lors d’une consultation auprès du neurologue de votre enfant (dans ce cas, nous le contacterons pour lui donner les modalités de prélèvement). Sinon, vous pouvez les effectuer dans votre laboratoire d’analyses médicales habituel (dans ce cas, nous vous ferons parvenir les modalités et matériels nécessaires à votre participation). Nous vous demanderons dans les deux cas le nom du médecin suivant votre enfant pour son hémiplégie alternante, afin que nous le contactions pour obtenir les renseignements cliniques avec votre autorisation.

La journée de rencontre annuelle des familles, qui aura lieu le 06 et 07 octobre à Paris, s’avère déjà très particulière et sera riche en nouvelles informations et nouvelles actions. Une présentation plus détaillée des résultats de cette première découverte génétique et des perspectives futures sera faite le 06 octobre par le Dr Sophie Nicole. Vous pourrez alors lui faire part directement de votre souhait de participer aux études génétiques à venir. Le Dr Eleni Panagiotakaki organisera également des consultations individuelles pour enrichir la base de données cliniques française.

 

Nous espérons donc vous y rencontrer. Merci de nous confirmer dès que possible votre participation afin d’en faciliter son organisation, les frais d’hébergement et de restauration des

familles participantes étant pris en charge par l’AFHA.

 

Veuillez recevoir, Madame, Monsieur, nos salutations distinguées.

 

Dr Sophie Nicole

Dr Eleni Panagiotakaki

M.Dominique Poncelin

 

Télécharger
Découverte d'un gêne responsable de l'AH
Document Adobe Acrobat 267.3 KB

Le 29 Juillet 2012: Officiel, un 1er gène identifié


L’année 2012 restera importante pour la maladie qui touche nos enfants: un premier gêne impliqué dans la maladie a été découvert récemment, suite à un travail de collaboration entre des généticiens américains et européens, dont l’équipe française de Dr Sophie Nicole (INSERM , Paris). La publication officielle de cette découverte étant effective depuis le 29/07, nous sommes autorisés désormais à communiquer l’information au public et avant tout aux familles concernées. Vous recevrez très prochainement par voie d’email et postale, une communication de l’équipe américaine à l’origine de la découverte (actuellement en cours de traduction), ainsi qu’un courrier conjointement rédigé par Dr Sophie Nicole et complété par moi même sur les conséquences de cette découverte, et les étapes de recherches futures qui vont en découler. Sachez d’ores et déjà que le gêne défectueux se nomme ATP1A3, a été identifié chez une majorité de cas contenus dans la base d’ADN française (mais pas chez tous), et qu’il n’a pas été retrouvé chez les parents (mutation dite “de novo”). Une présentation orale + réponse aux questions des familles sera faite par Dr Sophie Nicole lors de notre rencontre annuelle à Paris le 06 Octobre. A bientôt pour des nouvelles plus précises, Bien amicalement à tous, avec la joie de cette première découverte importante pour nous tous.

 

Dominique PONCELIN President AFHA (French AHC Organisation)

 

Publication par Nature Genetics de l’annonce de la découverte de la mutation du gène AHC, cliquez sur l'image: