LA RECHERCHE : Historique


Décembre 2016 - Rétrospectif 2016 et projet 2017 par Sigurdur Holmar JOHANNESSON


Télécharger
Message de Sigurdur Holmar JOHANNESSON
AFHA Message de Sigurdur Holmar Joanness
Document Adobe Acrobat 274.9 KB

Merci à Jacqueline pour la traduction française!

Septembre 2013 - A la recherche d'un 2nd gène muté


Les travaux de recherche en cours ont pour but d’identifier un second gène responsable des H.A., puisqu’une proportion non négligeable de patients (30%) ne semble pas présenter de mutations sur le gène ATP1A3.

 

Pour atteindre cet objectif, les 4 trios (patients négatifs pour ATP1A3 et leurs parents) qui sont disponibles dans les cohortes françaises et néerlandaises ont été sélectionnés pour réaliser un séquençage exome entier (voir état des dépenses “Exome Sequencing of 12 samples”, Leiden university).

 

Les données de séquençage seront disponibles à l'automne. Les analyses bio‐informatiques seront réalisées (Leiden university). Nous poursuivrons nos travaux par l’étude des gènes présentant les variations pathogènes les plus candidates en étudiant le reste des patients ATP1A3 négatifs disponibles dans le consortium AHC (Leiden University, ICM).

 

Dr Arn VAN DEN MAAGDENBERG

 

(Traduit en français par Dr Sophie NICOLE)

Le 22 Novembre 2012 - Diagnostic des familles suite à la découverte du 1er gène


Vous avez déjà été informés, soit par courrier, email ou lors de la dernière rencontre des familles à Paris le 06/10/2012, de la découverte récente de mutations au niveau d’un gène (ATP1A3), qui serait à l’origine de l’Hémiplégie Alternante de votre enfant.

 

Ce résultat, issu d’une recherche scientifique internationale portant sur une centaine de cas environ concerne à peu près 75 % des cas.

 

Il s’agit maintenant de pouvoir donner le diagnostic individuel aux familles . Ce travail est en cours et se heurte aux problèmes suivants :

1/ Le laboratoire de recherche en génétique Français (INSERM-Pitié-) qui a participé à cette recherche internationale n’a pas l’accréditation pour faire ce diagnostic individuel aux familles.

2/ La loi Française n’autorise pas d’utiliser pour faire le  diagnostic moléculaire individuel, les prélèvements envoyés à la banque d’ADN à des fins de recherche.  

 

Une concertation a lieu actuellement entre l’équipe de recherche INSERM / l’association AFHA / un laboratoire de diagnostic moléculaire à Lyon , pour mettre en place une procédure à l’attention des familles, afin de faire ce diagnostic dans les meilleurs délais.

 

Une téléconférence est prévue le 27/11 à ce sujet, à laquelle je participerai. Il est vraisemblable qu’il vous sera demandé de faire faire par le service de neuropédiatrie / neurologie qui suit votre enfant, un nouveau prélèvement sanguin de votre enfant atteint + parents.

 

Néanmoins, il est possible que certains d’entre vous ont déjà entamé cette procédure de diagnostic individuel par l’intermédiaire du neuropédiatre/neurologue référent . Cette procédure est bien sûr valable, et dans ce cas, merci de m’en informer (et si possible du résultat quand vous l’aurez), afin de limiter le nombre de familles (et aussi le coût résultant pour l’AFHA), à inclure dans cette procédure de diagnostic individuel qui va se mettre en place avec le laboratoire habilité à Lyon.

 

Je reste à votre disposition si besoin par email ou aux coordonnées  ci dessous

 

Bien amicalement,

 

Dominique PONCELIN (Président AFHA)

Le 6 Octobre 2012: Génétique de l'Hémiplégie Alternante de l'enfant par le Dr. Sophie NICOLE


L'HA est bien une chanellopathie comme supposé avant la découverte du gène. Voici une présentation de la génétique et la physiopathologie des maladies de l’excitabilité membranaire par le Dr Sophie Nicole le 6 octobre 2012 au cours de la réunion nationale des familles de l'AFHA

Télécharger
Diaporama de la Génétique et Physiopathologie des maladies de l'excitabilité membranaire
AFHA_octobre 2012.pdf
Document Adobe Acrobat 1.0 MB

Vidéo montrant le principe de fonctionnement normal de la pompe servant à l'échange des ions Sodium et Potassium:

Vidéo montrant la propagation de l'influx nerveux grâce à la pompe Sodium/Potassium:

La mutation du gène ATP1A3 est responsable de la baisse de l'énergie ATP de cette pompe et donc de son mauvais fonctionnement.

Le 29 Juillet 2012 - Les conséquences de la découverte du 1er gène


Dr Sophie Nicole -Inserm U975 - Paris

 

Dr Eleni Panagiotakaki - Hôpital femme, mère, enfant- Lyon

 

Mr. Dominique Poncelin - Président AFHA - St Germain les Arpajon


Madame, Monsieur,

 

C’est avec joie que nous vous communiquons le fait qu’une découverte scientifique majeure vient d’être réalisée concernant l’hémiplégie alternante de l’enfant (AHC).

 

En effet, la pugnacité des associations de patients française (AFHA), italienne (AISEA) et américaine (AHCF) et l’engagement de cliniciens et de chercheurs à leur côté, ont permis d’unir les forces et les fonds nécessaires pour l’identification d’un gène rendant compte de 78% des cas: le gène ATP1A3 (sous-unité alpha 3 ATPase). Ce gène code pour une protéine transmembranaire qui rétablit un gradient d’ions sodium et potassium de part et d’autre de la membrane cellulaire pour réguler l’excitabilité des neurones du cerveau. Ce travail est maintenant communiqué à l’ensemble de la communauté scientifique sous forme d’un article publié dans une revue scientifique très prestigieuse (ATP1A3 de novo mutations in alternating hemiplegia of childhood. Heinzen et al., Nature Genetics parue le 29 juillet 2012) et bien évidemment aux patients et à leurs familles.

 

Cette découverte ouvre de nouvelles perspectives de prise en charge de la maladie. Elle permet de proposer un diagnostic moléculaire. Si elle ne permet malheureusement pas encore de modifier radicalement la prise en charge clinique une fois le diagnostic confirmé, elle ouvre de nouvelles voies pour l’améliorer.

 

Cette première découverte entraîne déjà l’émergence de nouveaux projets de recherche, réalisés par l’équipe du Dr Sophie Nicole au sein de l’Inserm U975 (Paris) en collaboration étroite avec d’autres équipes de recherche et les associations de patients sur le plan mondial. Deux types de recherche sont menés, qui nécessitent dans tous les cas l’utilisation d’une base de données cliniques des cas d’hémiplégie alternante, supervisée en France par le Dr Eleni Panagiotakaki (Hôpital Femme, mère, enfant à Bron) :

  • Le premier vise à identifier les patients positifs ou négatifs pour des mutations dans le gène ATP1A3. Cela permettra de rendre un diagnostic aux patients et à leur famille, d’une part. D’autre part, cela permettra de déterminer s’il existe une différence clinique entre les patients porteurs d’une mutation et ceux qui ne le sont pas en recherchant une éventuelle corrélation génotypephénotype.

Répondre à cette question peut avoir une grande importance pour la prise en charge médicale des patients, notamment à long terme. Dans cette optique, il est essentiel que les données

des cas d’hémiplégie alternante déjà présents dans la base de données cliniques soient mises à jour, et que cette base et la banque d’ADN qui lui est associée s’enrichissent de nouveaux patients.

  •  Le deuxième consiste à déterminer quel est le gène muté chez les patients qui ne présentent pas de mutations dans le gène ATP1A3. Cette recherche se fait de la même manière que celle qui a permis d’identifier ATP1A3, c’est-à-dire par séquençage d’une partie ou de la totalité du génome du patient et de ses parents.

Si vous souhaitez participer à ces nouvelles études, vous pouvez contacter le Dr Sophie NICOLE (sophie.nicole@inserm.fr ou 01 57 27 44 04). Il vous sera demandé de faire prélever un peu de sang à vous (10ml, qui correspond à deux tubes classiquement utilisés pour les analyses de sang) et à votre enfant (5 ml, soit un tube, pour les moins de 5 ans). Deux organisations sont possibles pour le prélèvement sanguin. Le plus simple est qu’il soit effectué lors d’une consultation auprès du neurologue de votre enfant (dans ce cas, nous le contacterons pour lui donner les modalités de prélèvement). Sinon, vous pouvez les effectuer dans votre laboratoire d’analyses médicales habituel (dans ce cas, nous vous ferons parvenir les modalités et matériels nécessaires à votre participation). Nous vous demanderons dans les deux cas le nom du médecin suivant votre enfant pour son hémiplégie alternante, afin que nous le contactions pour obtenir les renseignements cliniques avec votre autorisation.

La journée de rencontre annuelle des familles, qui aura lieu le 06 et 07 octobre à Paris, s’avère déjà très particulière et sera riche en nouvelles informations et nouvelles actions. Une présentation plus détaillée des résultats de cette première découverte génétique et des perspectives futures sera faite le 06 octobre par le Dr Sophie Nicole. Vous pourrez alors lui faire part directement de votre souhait de participer aux études génétiques à venir. Le Dr Eleni Panagiotakaki organisera également des consultations individuelles pour enrichir la base de données cliniques française.

 

Nous espérons donc vous y rencontrer. Merci de nous confirmer dès que possible votre participation afin d’en faciliter son organisation, les frais d’hébergement et de restauration des

familles participantes étant pris en charge par l’AFHA.

 

Veuillez recevoir, Madame, Monsieur, nos salutations distinguées.

 

Dr Sophie Nicole

Dr Eleni Panagiotakaki

M.Dominique Poncelin

 

Télécharger
Découverte d'un gêne responsable de l'AH
Document Adobe Acrobat 267.3 KB

Le 29 Juillet 2012: Officiel, un 1er gène identifié


L’année 2012 restera importante pour la maladie qui touche nos enfants: un premier gêne impliqué dans la maladie a été découvert récemment, suite à un travail de collaboration entre des généticiens américains et européens, dont l’équipe française de Dr Sophie Nicole (INSERM , Paris). La publication officielle de cette découverte étant effective depuis le 29/07, nous sommes autorisés désormais à communiquer l’information au public et avant tout aux familles concernées. Vous recevrez très prochainement par voie d’email et postale, une communication de l’équipe américaine à l’origine de la découverte (actuellement en cours de traduction), ainsi qu’un courrier conjointement rédigé par Dr Sophie Nicole et complété par moi même sur les conséquences de cette découverte, et les étapes de recherches futures qui vont en découler. Sachez d’ores et déjà que le gêne défectueux se nomme ATP1A3, a été identifié chez une majorité de cas contenus dans la base d’ADN française (mais pas chez tous), et qu’il n’a pas été retrouvé chez les parents (mutation dite “de novo”). Une présentation orale + réponse aux questions des familles sera faite par Dr Sophie Nicole lors de notre rencontre annuelle à Paris le 06 Octobre. A bientôt pour des nouvelles plus précises, Bien amicalement à tous, avec la joie de cette première découverte importante pour nous tous.

 

Dominique PONCELIN President AFHA (French AHC Organisation)

 

Publication par Nature Genetics de l’annonce de la découverte de la mutation du gène AHC, cliquez sur l'image:

Le 8 Mai 2012 - Une découverte officieuse ?


Des deux côtés de l’Atlantique, la recherche génétique se poursuit dans le but d’identifier d’éventuelles mutations génétiques qui seraient responsables de l’AHC (Hémiplégie Alternante).

L’association des familles américaines  AHCF, soutient financièrement plusieurs groupes de recherche aux USA, et un consortium européen rassemblant 3 groupes de recherche génétique (Italie – France - Pays-Bas) a commencé à collaborer en utilisant des prélèvements conservés dans les banques biologiques italienne et française, avec le soutien financier et logistique des associations italienne et française de patients AHC.


Grâce à un contrat de collaboration, sous la conduite d’une équipe de recherche américaine, les généticiens américains et européens ont joint récemment leurs efforts dans un projet international unique ; cet effort collaboratif a entraîné un progrès important dans la recherche de la cause génétique de l’AHC (Hémiplégie Alternante).

 
La publication scientifique des résultats de cette recherche est en cours et tant qu’elle n’est pas validée, nous ne sommes pas  autorisés à donner des informations spécifiques la concernant pour des raisons de confidentialité, afin de ne pas mettre en danger sa publication parmi la communauté scientifique, ce qui compromettrait sa valeur et son efficacité pour la production de recherches futures.

Merci donc de patienter quelques semaines encore avant d’en savoir davantage.

Néanmoins, comme l’a annoncé l’association des familles américaines AHCF, les détails de cette recherche seront présentés par l’équipe américaine leader du projet aux familles qui assisteront à leur meeting à San Francisco (28 Juin au 1 juillet). Dès cette date, nous demanderons aux généticiens du consortium européen impliqués dans ce projet de préparer une communication écrite destinée aux familles européennes, de telle sorte que vous receviez l’information complète et les réponses aux questions principales, par exemple concernant les prochaines étapes de la recherche.
Pour l’heure, ce travail collaboratif de recherche impliquant la France se poursuit, et nous espérons que les scientifiques pourront bientôt apporter des  réponses précises concernant l’origine génétique de l’AHC (Hémiplégie Alternante).
Pour cela il est important, maintenant plus que jamais, que toutes les familles soutiennent le travail des chercheurs en augmentant les efforts pour  collecter des fonds et en participant (pour ceux qui ne l’ont pas encore fait) à la banque d’ADN française d’Hémiplégie Alternante par l’envoi de prélèvements (enfant+ parents). (informations sur demande à Dominique (d.poncelin@libertysurf.fr - 0672835588).
Ce premier pas est donc prometteur et encourageant, en attendant de pouvoir vous donner des informations plus précises dès que possible.

Par

Dominique Poncelin,

 

Président de l’AFHA (Association Française Hémiplégie Alternante)

et

Rosaria Vavassori,

 

Présidente de l’A.I.S.EA (Association Italienne Hémiplégie Alternante)


Le 17 Février 2012 - Quel est le futur possible pour la recherche génétique dans le monde ?


Le point de vue de Dominique PONCELIN, représentant des patients, de retour de Gênes (ITALIE) où s'est tenu le Workshop International sur l'Hémiplégie Alternante du Nourrisson le Vendredi 11 Novembre 2011, réunissant les généticiens du monde entier impliqués dans la recherche de l'origine génétique de l'hémiplégie alternante.

 

Pour Dominique, représentant des patients français, 4 requis sont indispensables afin que cette recherche puisse avoir lieu :

 

1/ Support financier

  • France: formulaire de demande (soumis au vote par le bureau) à demander à l’AFHA – par courriel à d.poncelin@libertysurf.fr) – les projets collaboratifs sont très appréciés – subvention maximum accordée 40.000 €
  • Italie: support financier principalement des recherches italiennes (génétique ou clinique ‐ en cours
  • Autres organisations de familles (Espagne, Allemagne, Hollande, Danemark, Angleterre, Islande) : moyens de financement limités à ce jour; à développer

2/ Matériel humain : ADN, banques de sang et d’échantillons, base de données clinique = participation des familles)

 

Italie :

  • I.B.AHC (www.ibahc.org) composé d’une partie registre Clinique et banque de matériel humain (Biobank), crée afin de collecter, organiser, conserver et pouvoir fournir les données et le matériel nécessaire aux chercheurs sur demande et avec l’accord des familles (ADN, ARN et lignes cellulaires des patients atteints d’hémiplégie alternante)
  • 38 cas validés sont actuellement disponibles, ils sont complets (données cliniques + échantillons) et peuvent être mis à disposition des chercheurs sur l’HA exclusivement

France:

  • Participation des familles françaises à la banque de sang en partenariat avec INSERM (S. Nicole/ AFM Genethon / AFHA)
  • 32 cas validés sont disponibles à ce jour

Europe:

  • Quelques cas sporadiques ou d’HA avérés, banques plus petites

USA:

  • Banque d’ADN AHC (Salt Lake City K. Swoboda), environ 103 cas validés disponibles

3/ Technologie avancée (séquençage « Full exome » ou « Whole génome »)

 

4/ Volonté et détermination Scientifique (résultats positifs rapides ne peuvent être garantis – i.e. USA SLC)

 

 

Le futur de la recherche génétique sur l’H.A. dépendrait de la capacité des scientifiques et des organisations de patients à combiner dans un même temps ces 4 variables et qui (peut être) pourraient nécessiter la collaboration entre les équipes de recherche impliquées.

 

La recherche collaborative est elle envisageable ?

  • Approche scientifique (All exome – Whole genome) semble être la même pour les généticiens Européens et Américains
  • Plusieurs équipes engagées dans la recherche génétique en Europe (Italie, Hollande, France)
  • Support des familles de patients AHC disponible (ADN – et support financier (limité))
  • Les généticiens Américains ont les moyens de mener cette recherche seuls (103 échantillons d’ADN – 250.000 USD alloués par la Fondation AHCF)

 

La question des familles est donc: Quelle est la meilleure approche ?

  • Une collaboration scientifique internationale permettant d’économiser du temps et de l’argent en partageant les subventions, le matériel génétique (ADN), et le travail avec des règles claires concernant les résultats et la publication… ou
  • Un travail indépendant de “compétition” et pouvant dans une certaine mesure aussi activer la recherche?
  • Le future de la recherche génétique européenne sur l’AHC est peut être liée à une réponse claire à cette question en incluant les scientifiques eux‐mêmes
  • Les associations de patients soutiendront la solution “optimisée” en favorisant la participation des familles (ADN) et un support financier (limité).

 

Comment les organisations de patients peuvent‐elles aider ?

La collaboration entre chercheurs est elle une option ?

 

 

Session des généticiens

 

Dr. Sophie NICOLE (France):

  • Présentation de la banque ADN Française
  • Présentation des résultats négatifs
  • Echange qui a eu lieu entre le groupe Néerlandais et français (échantillons d’ADN)

Dr. Arn VAN MAAGDENBERG (Hollande):

  • Présentation des moyens de son laboratoire (travaux sur la migraine hémiplégique)
  • Propositions concrètes d’extension de la recherche aux généticiens Italiens (confiance en premier lieu, échange de séquences, de résultats et publication commune permettant une économie financière et la limitation du risque d’aller dans la mauvaise direction)

Dr. ROTSTEIN (Israël):

  • 10 cas AHC ‐ a accepté de les inclure au projet commun

Pr. NERI (Rome):

  • En accord avec la proposition Hollandaise d’établir une collaboration de recherche génétique sur l’HA basée sur un accord officiel (consortium)
  • le Dr Fiorella Gurrieri est en charge de rédiger l’accord de projet approuvé par les généticiens participants. Les participants ont demandé une « revalidation » des diagnostics HA avant de commencer le séquençage.

Dr. Sophie NICOLE (France):

  • Quelques échantillons ADN sont en Amérique et en France => contact du Dr SWOBODA afin de déterminer si elle a séquencé ces échantillons là ou pas.

Mr. Dominique PONCELIN (représentant des patients):

  • A suggéré qu’il serait utile d’informer les familles européennes de ce travail commun via les organisations de patients (les généticiens sont favorables)
  • Question: Cette collaboration concerne les équipes de généticiens de 3 pays réunissant 70 ADN. Qu’en est- il des patients des autres pays européens ? Réponse à confirmer.
  • L’organisation Française est favorable pour financer ce projet commun (séquençage du Génome, analyse des données, sessions de « brainstorming » si nécessaire)
  • Les autres organisations Européennes seront encouragées à étendre l’effort de collecte de fonds afin de financer de tels projets.

 

Le conseil d’administration de l’A.F.H.A. a voté fin 2011 une subvention de 10.000 Euros pour permettre à l’équipe de recherche en génétique italienne de poursuivre ses travaux de séquençage du génome en collaboration avec les généticiens français et hollandais impliqués dans ce partenariat.

Le 5 Février 2011 - Courrier de Dominique PONCELIN (Président A.F.H.A.)


La recherche scientifique

 

Ce projet, qui fait l’objet d’une collaboration entre l’unité INSERM UMRS 975 (Paris) et l’A.F.H.A., suit son cours

 

1/ Banque de sang et d'ADN:

 

Indispensable pour envisager une étude génétique, une demande de participation des familles pour effectuer et envoyer des échantillons sanguins a été faite il y a 2 ans. Sur les 45 familles concernées, 25 ont fait le nécessaire. Certains prélèvements n’ont pu être exploités en raison de la qualité , les familles concernées seront averties individuellement pour refaire un prélèvement si besoin. Pour les familles n’ayant pas participé, il est possible de le faire (contact : Dominique PONCELIN tel 0672835588 /d.poncelin@libertysurf.fr).

Cela augmentera d’autant les chances de succès de cette recherche des origines génétiques de l’Hémiplégie Alternante, en comprenant bien qu’il n’ y a pas forcément qu’un seul gêne concerné, et qu’un gêne peut être concerné chez un patient et pas chez un autre ( pourtant porteur de la même maladie)

 

2/ Les objectifs en cours :

 

Les quelques rares généticiens qui font des recherches sur l’Hémiplégie Alternante dans le monde (parmi lesquels on peut citer France, USA , Italie Pays Bas), n’ont encore rien trouvé permettant d’expliquer cette maladie. L’équipe Française envisage de poursuivre ses travaux dans 2 directions:

 

  • Effectuer un séquençage complet du génome. Cette technique est prometteuse mais récente et encore très onéreuse (76.000 euros) ; ce coût devant sensiblement diminuer dans les années à venir.
  • Recherche d’anomalies génétiques à partir de prélèvements de peau. Ce projet nécessitera la participation des patients (biopsie), le coût est raisonnable mais avec des chances de succès plus hasardeuses.
Télécharger
Texte de la lettre ci-dessus.
AFHA -Recherche scientifique -4.pdf
Document Adobe Acrobat 137.1 KB

Le 7 Mars 2009 - Une recherche génétique longue et onéreuse


En France

 

Fin décembre 2008, l’AFHA a effectué un versement de 30.000 euros au titre d’une subvention de recherche à l’unité INSERM UMR S546 - Faculté de médecine Pierre et Marie Curie Site Pitié-Salpêtrière, dirigée par le Pr Bertrand Fontaine. Ce versement, ajouté à une subvention de l’AFM de 20.000 euros, permet de démarrer le projet de recherche des origines génétiques de l’Hémiplégie Alternante, confié à la généticienne Dr Sophie Nicole.

A cette occasion, l’AFHA a signé une convention qui officialise sa collaboration et marque le début officiel des travaux.

L’équipe de recherche s’engage à tenir l'AFHA informé de l’avancement de leur projet une fois par an.

Pour la première année, il s’agira, à partir des échantillons sanguins de 22 familles de l’AFHA, de procéder à l’extraction de l’ADN, puis de rechercher des  remaniements chromosomiques.

 

En Europe

 

Grâce au travail de Tsveta Schyns (Autriche), maman bulgare d’une jeune fille atteinte d’AHC et à l’origine du précédent projet ENRAH, l’Hémiplégie Alternante est intégrée dans un projet pilote européen nommé « nEUroped project » qui regroupe 3 maladies rares du système nerveux, affectant des enfants et caractérisées par des attaques paroxystiques : (Hémiplégie Alternante – Narcolepsie – Syndromes épileptiques rares).

Ce projet d’une durée de 3 ans vise à mettre en relation des professionnels et des associations de patients pour :

  • Favoriser la connaissance de la maladie et les diagnostics précoces
  • Recueillir des données cliniques à l’échelle européenne
  • Etablir des moyens d’information et de communication entre professionnels pour diffuser la connaissance et entre les associations de patients pour favoriser les échanges et les expériences sur le vécu et les besoins des familles.

La première réunion de ce projet financé par l’Union Européenne se tiendra à Londres les 20/21 Mars,

Deux membres de l’AFHA, Dominique Poncelin et Mirjana Pavlicek, seront présents.

 

Aux USA

 

L’équipe de génétique du Dr SWOBODA (Salt Lake City), qui possède la plus grande base de données et d’ADN sur l’Hémiplégie Alternante, poursuit son travail de recherche.

Néanmoins, après 6 années, force est de constater qu’ils n’ont pas réussi à identifier la cause génétique de cette maladie. Deux commentaires possibles:

  • Ils n’ont peut être pas pris la bonne direction et les bonnes hypothèses (c’est par définition le risque de toute recherche scientifique)
  • L’origine génétique de l’Hémiplégie Alternante s’avère très complexe à mettre en évidence et nécessitera des techniques différentes que celles utilisées jusqu’alors, plus sophistiquées et beaucoup plus coûteuses.

 

Pour l’heure, Dr SWOBODA a décidé d’étendre son travail de recherche à un essai clinique d’un nouveau médicament, sur une population « ciblée » d’enfants atteints d’AHC. A cet effet, un registre « en ligne » est créé, permettant aux familles d’actualiser les données sur leur enfant (traitement, crises…). Néanmoins ce projet attend le « feu vert » de l’administration américaine et un financement suffisant.

 

En conclusion

 

La recherche des origines génétiques de la maladie de nos enfants sera longue, coûteuse et nécessitera :

  • l’implication des associations de patients pour la participation au recueil d’information aux essais éventuels et pour la recherche de financements complémentaires,
  • la collaboration entre équipes de recherche.

 

Dans cette optique, l’unité INSERM que nous soutenons, a répondu à un appel d’offres « E-Rare » pour étendre son projet scientifique actuel à une collaboration franco-italienne.

 

Dominique PONCELIN

Président de l'A.F.H.A.